philosophique

Accepter la mort, la clé du bonheur ?

La société actuelle a un problème avec la mort. En tout cas la mort n’est pas acceptée. Un virus survient et nous sommes dans une crise mondiale sans précédant. Pourtant fumer la cigarette engendre beaucoup plus de décès que ce virus. Malgré cela nous avons toujours le droit de fumer mais nous devons porter des masques !

Le fait de pouvoir mourir du jour au lendemain inquiète, angoisse. Pourtant c’est une possibilité de la vie. Nous sommes tous mortels, donc un décès peut survenir n’importe quand, si ce n’est d’une maladie, cela peut être d’un accident. Le fait de redouter la mort ou tout simplement ne pas l’accepter nous fait passer à côté de la vie.

Pourquoi ?

Tout d’abord, le fait de ne pas accepter les situations, ne pas accepter « ce qui est », nous procure généralement des émotions négatives : la peur, la colère, la haine, la vengeance, la tristesse, la culpabilité, etc. Cela peut conduire, en temps normal, à l’élaboration de stratégies mentales pour empêcher ou modifier « ce qui est », et ce que l’ego ne peut accepter.

Il est très facile d’éviter un virus, mais c’est très difficile d’éviter la peur en vous et l’éviter dans le monde. Les gens mourront plus de peur que d’épidémie. Aucun virus dans ce monde n’est plus dangereux que la peur.
OSHO

Le fait de ne pas accepter la mort comme une possibilité peut donc faire émerger des émotions démultipliées (peur exacerbée, angoisse, contrôle) et des constructions mentales : recherche de la jeunesse éternelle, accumulation de biens et de richesse (comme si le fait de posséder nous permettait d’exister), etc.

Les conditionnements véhiculés par les médias n’aident pas à faire ce travail d’acceptation. Il n’y a qu’à feuilleter un magazine ou regarder des panneaux publicitaires, pour noter à quel point il devient nécessaire d’enjoliver la réalité en utilisant du photoshop, et ce n’est qu’un exemple.

Nous avons tout à gagner à accepter la mort. La vie prend alors tout son sens. Nous pouvons enfin voir la beauté cachée, car nous acceptons « ce qui est » et chaque instant de vie prend une importance tout autre. Ainsi, nous devenons acteur d’une vie de bonheur, d’amour, de paix, de partage, tout en simplicité et en harmonie. Bref, nous vivons… dans la joie.

Simon Lévêque

Simon Lévêque
Simon Lévêque

Traversé d’énergies tout en étant ancré à la Terre, je me sens chaman. Je suis praticien Reïki et je partage mon expérience au travers d’articles et de vidéos portant sur le développement personnel et la spiritualité.

marie

https://www.facebook.com/marieofpocahontas/

Plus d'articles